Les Souvenirs d’André Volkonsky

André Volkonsky (1933-2008) en France, 1983, enregistrant le « Clavier bien tempéré » de Bach chez ses amis, les facteurs de clavecin Dobson. Lyrinx

Le texte que nous présentons ici a été écrit en 1975 par André Volkonsky (1933-2008) deux années après son arrivée en France. De 1947, date à laquelle il a suivi ses parents en URSS, à 1973, celle de son retour en Occident, il fut citoyen soviétique, sujet d’un régime qui interdisait ses oeuvres, censurait les programmes de l’Ensemble Madrigal et limitait son activité de claveciniste.
Désigné sous l’appellation de « Souvenirs d’André », ce manuscrit n’était connu que de quelques amis ; il n’ a jamais été publié.

Les Souvenirs sont un texte hétéroclite, quelque peu surprenant. Ce n’est ni l’évocation de la vie musicale soviétique, ni celle des relations d’André Volkonsky avec les grands hommes de son temps ; la musique n’est présente que par le récit de son combat  contre l’obscurantisme de l’URSS de Khrouchtchev. Nous sommes dans les années soixante. André Volkonsky décrit sa vie : il compose de la musique de film afin d’avoir les moyens de fuir le poids du régime, effectue de longs voyages en Asie centrale, en Sibérie et au Caucase, sa terre d’élection. Aventures et rencontres jalonnent son chemin : André sympathise avec des ermites de la forêt sibérienne,  navigue en péniche sur l’Amou-Daria ; un chauffeur de camion lui offre des fleurs quelques minutes avant de s’écraser dans un précipice ; la fête annuelle des Touchètes l’impressionne ; il fait naufrage sur le lac Baïkal, partage un compartiment de train avec un membre du Comité Central…  Avec, en toile de fond, la vision, par un homme de double culture, d’un pays à la fois anéanti et encore intact, et cet art des Russes d’Union soviétique, notamment d’André, de se faire des amis partout. 

Il y aura bientôt une confrérie des lecteurs des Souvenirs d’André Volkonsky, tant ce manuscrit, écrit en français, séduit à la fois par les thèmes abordés et ce qu’il révèle de son auteur. Curieusement, alors qu’André parlait un français parfait, il abonde en tournures particulières : russicimes, réminiscences d’argot d’après-guerre et utilisation d’une langue que l’on qualifierait aujourd’hui de désuète. Nous avons laissé le texte en l’état ; très compact, il a été fragmenté en paragraphes afin d’en faciliter la lecture. Le blog n’autorisant pas de billets trop longs, nous avons également divisé les Souvenirs en plusieurs parties.

A la fin de sa vie, André Volkonsky regrettait d’avoir quitté l’URSS.  « J’étais utile », disait-il. En dépit des invitations officielles de l’ère Gorbatchev et des sollicitations de ses nombreux amis, il n’est jamais retourné en Russie. Nul doute qu’à l’exemple de certains compositeurs et interprètes de l’ex Union soviétique, il eût pu mener une carrière internationale, se partager entre la Russie et l’Occident. Mais on ne le lui a pas demandé, ou si peu, ou trop tard…

André Volkonsky, musicien…ces trois mots marquent la tombe d’André au cimetière de Menton, face à la mer, à l’Italie. Musicien, et musicien seulement – « Volkonsky, comme celui de Guerre et Paix? » lui demandait-on parfois. – Non, Volkonsky comme la musique. Ce mot l’accompagne, gravé sur sa tombe.

Peeter Volkonsky, le fils d’André, a retrouvé la traduction russe des Souvenirs. Les deux moitiés de la vie d’André Volkonsky sont ainsi réunies pour la joie de ses amis russes et occidentaux ainsi que pour la  découverte de l’ homme et de son oeuvre. 

André Volkonsky, musicien… est devenu le nom du blog dédié à sa mémoire : andrevolkonskymusicien.wordpress.com. Les photographies de ce billet ainsi que celles de son blog ont été choisies par André lui-même pour illustrer la pochette du Clavier bien tempéré. Il voulait laisser cette image de lui ; nous l’avons reprise pour  honorer sa mémoire.

 J’invite le lecteur à cliquer ICI 

                                                                       Marina Gorboff, Paris, le 16  avril 2017

Pour citer ce billet : Marina Gorboff, « André Volkonsky, musicien »  Paris, le 16  avril 2017, https://gorboffmemoires.wordpress.com/

Liens:

https://www.discogs.com/fr/artist/2138208-Madrigal-3

Frans C Lemaire: Le destin russe et la musique

Valeria Tsenova Underground music from the former URSS

Contact: andrevolkonskymusicien@gmail.com

Publicités