L’âme russe de Jules Legras

Legras

Jules Legras (1867-1939), professeur à la Sorbonne, auteur de nombreux ouvrages sur la Russie.        

C’est à Berlin, où le jeune étudiant Jules Legras (1867-1939) prépare l’agrégation d’allemand, qu’il rencontre des étudiants russes et découvre ce qu’il est convenu d’appeler « l’âme slave ».. C’est le choc : Jules Legras apprend le russe et, deux ans plus tard, effectue un premier voyage en Russie (1892). Sa vie bien réglée d’universitaire enseignant la littérature allemande à Bordeaux et à Dijon balance désormais entre deux pôles, dont l’un est prépondérant : il aime la Russie – la langue, les hommes, la littérature,  la manière de vivre, les paysages – avec une passion d’autant plus forte que lui-même n’est pas russe. De nombreux voyages en Russie et en Sibérie feront de lui un slavisant reconnu et le conduiront à la Sorbonne où  il  enseignera la littérature russe de 1929 à 1936.                                                                  

Je suis partie à la découverte de Jules Legras munie de deux indications : ce slavisant ami de la famille Gorboff avait demandé ma grand-mère Sophie Nicolaevna (1863-1949) en mariage. Jules Legras vivait à Dijon et un fonds d’archives, apparemment très riche, était conservé à la bibliothèque municipale de la ville. Et en effet, ce que j’ai découvert – un texte manuscrit totalement inconnu de Sophie Nicolaevna intitulé Un pogrome dans la Russie centrale  (1919) dépassé mes prévisions les plus optimistes.

J’avais un autre élément en ma possession : ceux auxquels le nom de Jules Legras n’était pas inconnu affirmaient d’une voix quasi unanime qu’il avait travaillé pour le renseignement militaire français, le 2e Bureau. Dans un livre intitulé Mémoires de Russie (1920), Legras fait ouvertement mention de cette appartenance. 

Tout ce qui relève du renseignement suscite une curiosité d’autant plus vive qu’il est, par définition, secret. Je voulais trouver à partir de quelle date Jules Legras avait fourni au gouvernement français des renseignements sur la Russie et s’il était déjà en mission lorsqu’il avait fréquenté mes grands-parents. Les anglo-saxons confèrent une valeur très positive au devoir de tout citoyen d’informer son gouvernement (« l’intelligence » de la situation, dont le « Grand Jeu » si bien décrit par Kipling est un parfait exemple) et de nombreux voyageurs, professeurs, ethnologues, ingénieurs, etc. renseignent les services secrets sans pour cela être qualifiés d’espions, ni se considérer comme tels. On peut raisonnablement supposer que les Français qui, au tournant du XXe siècle, ont parcouru l’empire russe, ont également renseigné leur pays. Tel fut apparemment le cas de Jules Legras ainsi que  celui de l’archéologue Joseph de Baye (1853-1931) qui sillonna et photographia la Russie et le Caucase entre 1895 et 1901 ; cette liste est loin d’être exhaustive.

C’est donc en consultant le fonds Jules Legras que j’ai découvert le journal qu’il a tenu de 1890 à 1939, date de sa mort. La richesse de ce document encore inexploité m’a sauté aux yeux.

 Clichés S. Langlois (avril 2015)

Clichés S. Langlois.BM Dijon (avril 2015)

Personne n’a encore retranscrit ni sérieusement étudié  ce manuscrit, et je suis persuadée que les historiens s’empresseront un jour d’exploiter cette nouvelle source d’information à tous points de vue extraordinaire. Je laisse à Stéphane Langlois en charge des fonds d’archives de la bibliothèque municipale de Dijon et fin connaisseur du fonds Legras, le soin de présenter ce journal.

Le journal de Jules Legras se présente sous la forme d’un texte autographe manuscrit. Le document est réparti en 11 volumes reliés cuir de 13,5 cm x 11 cm et d’un ensemble de feuillets libres réunis en cahiers. L’ensemble est divisé en 107 chapitres et représente 9100 pages. 

legras journal 1

Journal de Jules Legras. Photo S.Langlois. BM Dijon. Avril 2015

Le journal commence en 1890, alors que Jules Legras effectue ses premiers séjours en Allemagne dans le cadre de son agrégation. Il couvre près  de cinquante  années de vie publique et  privée, jusqu’en 1939, année de son décès. Ce document dépasse évidemment largement le cadre biographique de son auteur. Même si Jules Legras (1866-1939)  est un personnage  qu’il conviendrait de découvrir pour les multiples rôles qu’il a pu jouer au cours de vie, la simple évocation des lieux et des milieux qu’il   fréquenta   justifie   l’édition   de   son   journal  :   milieux   germanistes  et   slavistes   français,  universitaires, politiques et  militaires, aristocratie  et  haute bourgeoisie  russe au pouvoir  puis  en exil… Le journal est écrit presque quotidiennement sur certaines périodes. Il vient raconter les faits  et les impressions de son auteur, qu’il soit en poste à Dijon ou à Paris, en villégiature dans quelque station thermale ou en voyage dans cette Russie qu’il fréquente au total durant vingt- huit années, y passant en totalité près de dix ans de sa vie.

L’homme a su rester discret, ce qui paraît logique pour un agent du renseignement. C’est pourquoi son action est très sous-estimée, même  si son nom  est parfois évoqué brièvement dans  quelques études  récentes  (Coueré,  Danilovna…). Pourtant,  Legras  est  en  contact  direct  durant  cinquante années  avec  le  monde  russe. Initié  par  Paul  Boyer  qui  en fait une  de ses  « créatures » pour  le compte du gouvernement, le jeune normalien effectue son premier  voyage en 1892. Très vite il se trouve propulsé au coeur de l’espace sibérien dont il va se faire le chantre auprès des investisseurs français. L’article d’Olga Danilovna sur Jules  Legras et  la polémique sur  la colonisation* retrace parfaitement les enjeux de cette aventure. La particularité de Legras, c’est qu’il découvre la Russie à la fois par  les salons de Pétersbourg ou de Moscou et sur  le terrain, dans la plus lointaine taïga. Les ouvrages  qu’il  fait  publier  ne sont  que  la  partie émergée, et bien fade en vérité,  d’une  activité débordante, faite de rencontres, de négociations, d’intercessions, ainsi que le montre la lecture du journal. De nombreuses personnalités liées au pouvoir  politique et économique apparaissent, parfois sous la forme d’initiales ou de pseudonymes : le prince Sviatopolk-Mirsk, les Koulomzine, le général Michel   Annenkov,   Pobiedonostsev,   les   libéraux comme Milioukov   ou   Goutchov et,  bien évidemment, la famille impériale…Le normalien devient professeur de littérature russe et rencontre les plus grandes plumes, à commencer par Tolstoï et Tchekhov pour lesquels il traduit des œuvres publiées  en France.

Pages du journal de Jules Legras. Photos S.Langlois.BM.Dijon

Pages du journal de Jules Legras. Photos S.Langlois.BM Dijon

A  l’heure de  la  coopération militaire alliée,  Legras,  grand  spécialiste  de  la Russie tsariste, parfait connaisseur  des réseaux en place, est intégré à  la Mission militaire française en 1916 et en devient l’un des maillons essentiels sous les ordres du général Janin.  Il se trouve au cœur  de  la  mêlée  quand  survient  Février  puis  Octobre  où  il  se  retrouve  sous   commandement bolchévique. Il poursuit l’expérience russe après  Brest-Litovsk  en suivant la mission militaire en Sibérie, tenant  l’impossible coordination des  unités présentes  sur  le long du chemin de fer avec, notamment les unités tchèques. Avec la victoire des Bochéviques, Legras suit le destin d’exilé de ses amis russes   ( familles   Gorline,   Gorboff,   Goutchkof,  Alexei   Remizov, Constantin   Chevtchouk, Merejkovski,   Boris   Zaitsev,   E.   Vinaver,   Pavel   Milioukov,   Georges   Maklakoff,   Sophie Kourakine …) . Il devient l’un des défenseurs de cette Russie fantôme auprès des autorités françaises, notamment dans le cadre universitaire. Parallèlement, il devient l’un des artisans (dans l’ombre) de l’affirmation  tchécoslovaque,  en  se  liant avec Louis  Eisenmann  et  Ernest  Denis,  ce  combat venant en quelque sorte se substituer à celui qu’il mena pour la Russie avant l’émigration.

  • Coeuré, Sophie. La grande lueur à l’est. Les Français et l’Union soviétique 1917-1939. Paris, Seuil 1999
  • * Danilova, Olga. Jules Legras et la polémique  sur la colonisation au XIXe siècle  in L’invention de la Sibérie par les voyageurs et les écrivains français (18-19e siècles). Ouvrage publié sous la direction de Serge Moussa et Alexandre Stroev, Institut Etudes slaves, 2014    

                                                                               Stephane Langlois, BM.Dijon

De Michel Strogoff à Jules Legras, le chemin de la Russie passe par la Sibérie... 
 
Pour cet homme curieux de tout, organisé, célibataireP1120113 - Copie et parlant un russe parfait, les voyages sont un plaisir. Premier voyage en Russie … »Demain, je descends la Volga puis je partirai chez mon ami à 250 km de Nijni-Novgorod…muni d’un passeport spécial permettant d’exiger des chevaux avant tout le monde.. O Jules Verne !  » écrit Jules Legras en 1892 (il a 24 ans) à son frère Paul. C’est l’époque des « Voyages extraordinaires » : Michel Strogoff est paru en 1876, et les noms de Omsk, Tomsk, Irkoutsk.. font d’autant plus rêver que le premier tronçon du Transsibérien vient d’être achevé (1888) et passe par ces villes. Et s’il serait ridicule de prétendre que les ouvrages de Jules Verne ont été à l’origine de l’amour de Jules Legras pour la Russie, on peut raisonnablement supposer qu’ils ne lui ont pas été totalement étrangers.

 

Youli Antonovitch Legras – Jules (Youli) et Antonovitch, fils d’Antoine (le patronyme est une excellente transition entre le froid « monsieur » des francophones et l’usage trop familier du prénom, à l’anglo-saxonne) – est ouvert aux nouveautés de l’époque et même par des « chemins abominables » ne se sépare jamais de son appareil photo… « Deux fois, mon traîneau culbute et mes plaques photographiques, grand Dieu ! ». Avec celles de Prokoudine-Gorsky, ses photographies de l’Empire russe seront parmi les premières réalisées. A l’image des voyageurs du XIXe siècle, un carnet de notes scrupuleusement tenu (cocher veste bleue rapiécée, forêt de bouleaux à gauche, etc.) sert de support à sa mémoire pour la rédaction de ses ouvrages – très descriptifs et détaillés, presque des reportages.

Comme il fallait s’y attendre, Jules Legras dissimule son appartenance au renseignement. Rédigés à la première personne, ses ouvrages font état « d’une mission de l’Instruction publique » ou « d’une enquête sur les mouvements de population et le peuplement de l’Asie russe »…Muni de recommandations lui ouvrant toutes les portes, dont celles de fonctionnaires de haut rang, le jeune professeur se rend trois fois en Sibérie : il dialogue avec les cochers et les filles de salle, rencontre des notables (tous décrits comme « bons » et « charmants ». Jules Legras sait que ses livres seront lus par qui de droit en Russie où il veut pouvoir revenir), s’enquiert des populations allogènes, des méthodes d’éducation et autres sujets aussi passionnants que le système régional de canalisation, visite bassins houillers et « points d’émigration » de travailleurs venus chercher fortune en Sibérie. Le voyageur revient ensuite à Moscou ou Saint-Petersbourg afin de voir ses amis, fréquenter les milieux politiques et littéraires ; un séjour chez Tolstoï à Yassnaya Poliana lui confère un certain prestige auprès de ses interlocuteurs.

jlMISSION0001

Photographie de Jules Legras sur un ordre de service prévoyant son retour en France au départ de Vladivostok en passant par Shangaï,1919. BM Dijon

En 1916, Jules Legras est intégré à la Mission militaire française. Dans un ouvrage intitulé  » Mémoires de Russie  » (1920) – s’il faut lire un de ses livres, c’est celui-là -, il fait le compte-rendu de ses activités sans dissimuler son appartenance au renseignement français. Le slavisant décrit la mauvaise préparation de l’armée russe avant la guerre, évoque ses entrevues avec le tsar et assiste à sa chute, raconte comment il fut fait prisonnier des bolchéviks, etc… Lors de la Première Guerre mondiale, Jules Legras servira une fois encore, mais sur un autre front : fort de sa bonne connaissance de l’allemand, il se portera volontaire pour aider le renseignement français à mener l’interrogatoire de prisonniers de guerre allemands.

Nous n’allons pas énumérer les livres, les traductions, les précis de grammaire etc. de l’infatigable Jules Legras qui, outre le récit de ses voyages, rédige le guide Baedecker de Russie (1913), entretient une correspondance avec les intellectuels russes et français, est membre du conseil de direction du « Monde slave », de l’Académie des Belles-Lettres de Dijon, du conseil  municipal de la ville...

Pour en revenir à la famille Gorboff,  je ne sais pas encore où les chemins de Jules Legras et de mon grand-père Nicolas Gorboff se sont pour la première fois croisés. La publication du Journal nous l’apprendra peut-être. Les deux hommes partagent l’amour de la littérature allemande (Jules Legras consacre sa thèse à Heine, Nicolas Gorboff connait parfaitement l’oeuvre de Goethe) et sont férus de pédagogie…Leur amitié se développe tant à Moscou qu’à Petrovskoe, la proprité familiale des Gorboff, où Youli Antonovitch s’installe pour de longs mois, parfois pour rédiger un livre. Ils se voient et s’écrivent souvent.

lettre JL0002

Fragment d’une lettre de Jules Legras aux époux Gorboff en voyage à Palerme,1906.

En survolant le journal de Jules Legras il m’est très vite apparu que celui-ci portait à Sophie Nicolaevna une admiration sans faille. Elle  transparaît en maints endroits ; il voit en elle la femme idéale, celle dont il rêve sans oser lui-même franchir le cap du mariage.

  • « S.N. ce soir, rajeunie par sa beauté. Que j’aime donc cette femme, comment pourrais-je m’ acquitter jamais ! »
  • « N.M. part en voyage d’affaire. Resté seul avec S.N., nous causons des failles de simplicité, du manque d’accueil dans la société française, du luxe au lieu du confort » (1894)
  • « Je lui dis franchement l’influence qu’a exercée sur moi la Russie, l’influence morale, surtout, par la spontanéité de la vie courante, par l’absence de formes et c’est encore plus vrai dans les sentiments. »
  • « C’est aujourd’hui que je quitte ce nid douillet de Petrovskoe pour la troisième fois et chaque fois avec le même regret intense mêlé à cette idée de mariage que ce milieu paisible fait re-éclater en moi…La maison est vide depuis hier soir, et la maîtresse de maison s’y donne un mal infini pour tout préparer, tout enfermer, tout organiser. Elle doit être sur les dents et cependant elle est toujours souriante. C’est une femme admirable » (1902)

Jules Legras a été pour ma grand-mère ce véritable ami que chacun espère trouver dans le malheur. Rares sont ceux qui, comme lui, auraient proposé à une amie de l’épouser afin de lui assurer une vie décente. Le geste est magnifique, digne d’admiration. La mémoire familiale dit que cette demande fut faite « en tout bien tout honneur » : il ne pouvait en être autrement. Ma grand-mère refusa mais des lettres conservées à la BM de Dijon (toutes rédigées en russe et datées de 1936, je ne sais où se trouvent celles de Jules Legras, si elles existent encore) montrent qu’à maintes reprises, Jules Legras lui vint matériellement en aide, notamment pour le loyer de l’appartement du 4, rue de Casablanca, manifestement trop cher – quatre grandes pièces, dont une sous-louée, les enfants participant à la mesure de leur moyens.

  • .. »Mais je vous demande, cher ami, écrit ma grand-mère à Jules Legras, maintenant que vos moyens sont réduits (le professeur part à la retraite) de ne pas dépasser la somme que vous avez assignée…Je dois m’en sortir…sans peser sur qui que ce soit…Dieu sait ce qui vous attend, vous aussi… »(28 juillet 1936)
  • … »Cher Youli Antonovitch,  De tout coeur merci, cher ami ! Nous avons versé 650 francs et notre propriétaire est pour le moment satisfaite ».. (8 août 1936)
°

Sophie Nicolaevna et sa fille aînée Sophie (1891-1982) vers 1948, Paris, 4, rue de Casablanca. Archives familiales (c)

Âgée de soixante ans lors de l’installation de la famille Gorboff à Paris (1923), Sophie Nicolaevna n’a jamais songé à travailler, ne serait-ce qu’à domicile, en peignant des pochoirs comme le fit un temps sa fille aînée Sophie. Suffisamment valide pour se rendre aux Etats-Unis (1930) afin de rendre visite à sa fille Marie, « Zeus » régna en matriarche sur quatre enfants adultes qui subvenaient tant bien que mal à ses besoins. C’était une autre époque.

Mais entre Sophie Nicolaevna et Jules Legras, il ne s’agit pas d’argent : on peut affirmer sans se tromper qu’il fut le troisième homme de sa vie. Après avoir aimé son père, Nicolas Masloff, et son mari, Nicolas Gorboff –  dont, à deux reprises, elle retrace la vie dans ses Souvenirs – ma grand-mère reporte sur Jules Legras le besoin d’admiration et d’entente intellectuelle qui  marque sa relation avec les hommes.

En traduisant La littérature en Russie (1929) de son ami (un long texte de 215 pages), Sophie Nicolaevna poursuit cet échange intellectuel qui est le sel de sa vie. Elle aime sincèrement cet homme : « Merci de votre amicale et constante présence …PS : Si vous saviez comme il est bon de savoir qu’il y a quelqu’un qui pense à vous et se souvient de votre existence » écrit-elle 28 juin 1936 ; s’enquiert auprès de Youli Antonovitch de ce qu’il aimerait manger lors de son passage à Paris (de la kacha? des pirojki à la viande ou au chou ?), lui fait part de ses préoccupations au sujet de l’avenir de sa fille Sonia, aborde un point de grammaire, cite Gogol (« On s’ennuie en ce bas monde, Messieurs! »), demande des précisions sur un mot du texte qu’elle est en train de traduire et remercie Jules Legras de ses cadeaux (du pain d’épice de Dijon).

dedicace

Dédicace de Jules Legras à mon père, « Micha » Gorboff

« Je serre votre main, mon cher et vieil ami…Sonia vous embrasse et toute la famille –  un peu la vôtre – vous salue et vous envoie ses félicitations ». Une dernière lettre, écrite douze jours avant le décès de Jules Legras, montre combien Sophie Nicolaevna lui est attachée ( le « nous » étant évidemment une manière de dire « je »)…

« Mon très cher Youli Antonovitch, Cela fait déjà une semaine que nous ne savons rien de vous. Pardon de vous déranger ainsi mais envoyez-nous ne serait-ce que deux lignes. Comment allez-vous ? Avez-vous trouvé une femme pour prendre soin de vous ? Nous pensons à vous jour et nuit et espérons du fond du coeur que votre santé va continuer de s’améliorer et que vos forces reviendront. S’il vous est difficile d’écrire, dictez ne serait-ce que deux lignes à quelqu’un de votre entourage mais ne nous laissez pas sans nouvelles. Du fond du coeur, nous vous embrassons tous. Votre S. Gorboff  » (lettre du 1er mai 1939, BM Dijon).

Cette grand-mère que, dans une détestation d’enfant, je haïssais cordialement, m’est soudain devenue plus proche grâce à un texte miraculeusement retrouvé et à l’amitié qui l’a unie à Jules Legras. Quelques lettres, somme toute banales, l’ont fait apparaître sous un jour nouveau et atténué ce que disait mon père à son sujet – jamais un baiser, aucun geste de tendresse – et ce que j’avais moi-même éprouvé. C’est peut-être une question d’âge, nous sommes maintenant à égalité. J’avais jugé cette femme forte sur les apparences et me réjouis aujourd’hui de pouvoir lui rendre hommage. Merci, Youli Antonovitch, d’avoir permis cela !

Je remercie également Stéphane Langlois, en charge des collections numériques et des fonds d’archives de la bibliothèque municipale de Dijon. Pour tout renseignement sur le fonds ou le journal de Jules Legras, le contacter : slanglois@dijon-ville.

                                                                                  Marina Gorboff, Paris, avril 2015

Pour citer cet article : Marina Gorboff https://gorboffmemoires.wordpress.com/wp-admin/post.php?post=1243&action=edit&message=10

 Colloque Jules Legras, Dijon, 8-9 décembre 2017;  Marina Gorboff, « Loin de Moscou: Jules Legras et la famille Gorboff » Paris, le 10 décembre 2017, https://gorboffmemoires.wordpress.com/

contact: gorboff.marina@gmail.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s